Plasticien-sculpteur
CATALÁA
  • Accueil
  • Processus de création
  • Le concept
  • Suites
  • Tours
  • Parcours
  • Du parcours aux séries de chiffres
  • Enseignement
  • Installations tissus et vidéos
  • Les bois gravés
  • Rush d'atelier
  • Extraits de textes
  • Quelques revues de presse
  • Biographie
  • Actualités et Contact
  •  

     

     

     

     

    Pierre RESTANY
    Critique d'art
    Catalogue commande publique, 29 juin 1990.

    Tous les agencements de Françoise Catalàa relèvent ainsi d’un style évolutif du modèle dialectique absence / présence : dissémination des formes modulaires, répétition différente et enfin un stade final de stabilité relative qui s’apparenterait à une stase de déconstruction.
    Une grande richesse de messages interactifs est véhiculée à travers ce circuit qui au delà de Derrida et Deleuze débouche sur la fatalité fractale de l’identique, Françoise Catalàa, c’est tout ça...
    Françoise Catalàa ne se contente pas de polariser l’espace par une sculpture au sens traditionnel : elle organise des parcours pour le regard et aussi pour le corps. La pureté, la monumentalité, la force poétique de ses créations me touchent d’autant plus que sous leur rigoureuse géométrie circule et vibre un foisonnement de thèmes qui me sont chers : les mythes, les messages énigmatiques des langues et des écritures oubliées, les formes essentielles de la nature, entre autres. Une symbolique complexe s’offre à notre déchiffrement dans ces monuments qui tantôt tranchent l’espace comme les cristaux de quelque système minéral inconnu, tantôt le hantent comme les ruines d’une civilisation oubliée.
    François-Bernard MÂCHE
    Membre de l’Institut, Académie des beaux-arts, Paris.
    Compositeur, Grand prix national de la musique.
    Catalogue exposition mars 1988.
    Madanjeet SINGH
    Conseiller Spécial auprès du Directeur Général
    de l' UNESCO, chargé des questions de Culture et
    Education, Catalogue parcours Blanc-Mesnil,
    Paris, 28 juillet 1994.
    Tout ceci, et le Ciel aussi, est reflété dans les travaux artistiques fascinants de Françoise Catalàa, qui démontrent effectivement comment les cultures, à travers toute l’humanité, dans des lieux du monde si radicalement séparés, convergent, transcendant à la fois le temps et l’espace, et se manifestent continuellement dans leur globalité de formes et de contenus. C’est ce ‘passage’, phénomène d’universalité ultime et cosmogonique des différentes cultures, qui est le leitmotiv et le ‘fondement vital’ des symboles naturels dans les créations artistiques de Françoise Catalàa…
    « Votre livre est superbe, d’une richesse débordante. La sculpture est pour moi un des registres les plus difficiles : elle demande une méditation lente, absorbée, entrant dans l’épaisseur. Je n’ai d’ailleurs écrit que deux fois sur des œuvres de sculpture (Etienne Martin et Lucile Bertrand). Votre production est en outre elle même très large, très variée à travers ses constantes dont la pesanteur ou la pesée plutôt- est une majeure. Ce qui ne veut pas dire sans légèreté : cela veut dire une gravité. Peut-être aurons-nous l’occasion d’en parler… »
    Jean-Luc NANCY
    Philosophe et écrivain
    Professeur émérite l’université de Strasbourg
    (lettre du 28 mars 2008).

    Jean-Louis VIEILLARD-BARON
    Philosophe et écrivain,
    professeur des Universités, directeur du CRHIA
    (Centre de recherches Hegel sur l’imaginaire
    allemand).
    Université de Poitiers, UFR Sciences humaines et Art.
    Fragments d’envoi du livre’ Catalàa libre parcours’2007.

    Comme Bergson, Françoise Catalàa unit l’expression objective et la vie intérieure. Rien d’étonnant à ce qu’elle ait trouvé, dans les superpositions de la durée avec elle-même, dans la compénétration des états de conscience les uns dans les autres, l’expression de la métamorphose qui est la loi de l’évolution créatrice(…).
    Que l’art plastique puisse devenir un art du temps, c’est ce que montre Cataláa en réalisant à chacune de ses œuvres, un parcours, c’est à dire un véritable cheminement spirituel.(…)
    …Que le temps se dépose sur le tissu en lettres signifiant la séquence numérique la plus immédiate, 1-2-3-4-5-6-7, c’est là ce qu’a compris Françoise Catalàa (…) Les tissus écrits de Cataláa portent la marque de cet humanisme profond qui n’est rien d’autre que le sentiment de l’unité humaine.
    La dé-position du temps, c’est le vivant dépôt du temps créateur dans la conscience individuelle ; l’ex-position du temps, c’est sa réalisation effective et son expansion dans l’univers en mouvement.
    A l’opposé, en effet, de cette modernité trop souvent revendiquée comme vaste chantier de désenchantement du monde, cette œuvre, familière des cultures les plus ‘archaïques’ comme des mathématiques les plus actuelles et les plus délirantes, attentive au son des rhombes comme à ceux des ordinateurs de Xenakis ou Mâche, ne cesse de célébrer, dans le vertige de créer, la réconciliation de la connaissance scientifique et du mystère des spiritualités…Cette œuvre est un voyage aux infinies correspondances.
    Gérard BARRIERE
    Critique d’art et philosophe
    Jacques LACARRIERE
    Ecrivain
    Catalogue Blanc-Mesnil 1990.
    De seuil à seuil, orée et horizon se confondent. Ils sont l’espace réinventé du Stonehenge où dorment les cueilleurs de gui et d’étoiles.
    Il faut entrer par la porte des palimpsestes pour découvrir le sol vierge des mots et rêver dans le maelström immobile du temps.
    Le bienfait d’une vraie respiration lorsque récit et silence se font mutuellement oblation.
    Françoise BONARDEL
    Professeur Paris 1 Sorbonne.
    Philosophe et écrivain
    Catalogue Blanc-Mesnil 1990.

    Nathalie DARZAC
    Journaliste et Dr de Communications
    Catalogue de l’exposition
    Musée-Galerie des Beaux-Arts
    Bordeaux Février 1989.

    En séquences harmoniques, méditation cosmologique et poétique, Françoise Catalàa pratique la fusion alchimique du noir, du blanc et du rouge dans une quête irréductible de la réalité ultime, de l’absolu. Toujours à la lisière d’états-limites, cette œuvre extirpe, dans un corps à corps matière-esprit, l’essence de l’être. Organisées selon un parcours initiatique qui guide jusqu’au cœur embrasé du plus vibrant, du plus lumineux ‘Art d’Amour’, les installations de l’artiste créent un lieu magique où s’épanouissent l’espace-temps en sa totalité.
    D’abord c’est une impression de silence, de calme intemporel, d’une somptueuse présence, encore dérobée, d’une lourde et immobile beauté.
    Un bruissement de temps finis, un murmure de voix tues, puis une sourde musique, grave, profonde, tenace, voluptueusement angoissante s’élève.
    Peu entendent. Peu méritent cette offrande cachée, ces secrètes mémoires, cette sérénité enfin presque accessible.
    Jacques LABARTHE-PON
    Catalogue Direction arts plastiques de la
    Dordogne1987.
    Laurent DEVEZE
    Philosophe
    Catalogue de l’exposition Pologne 1993.
    Bonheur d’un cheminement qu’encore une fois on croirait chanté. Tandis qu’autour du visiteur se tisse la douce trame d’une complicité. Un univers, peut-être un langage, mieux une parole, nous sommes en présence d’une œuvre rare.
    Le Parcours à la Paix de Blanc-Mesnil est sans conteste une belle œuvre d’art que Françoise Catalàa réalisée avec beaucoup d’enthousiasme, d’amour et de poésie. L’artiste a en effet su véhiculer au travers de la Flèche, des Trois Portes de la Paix et du Mémorial, le sentiment profond de la coexistence entre des entités, des symboles et des faits historiques, qui sont rarement réunis et présentés au public de manière simultanée. L’artiste ainsi fait preuve de ‘création urbaine’. Son œuvre reflète mieux que n’importe quel travail d’urbaniste, ce qui institue le fondement de la ville, c’est-à-dire ce mélange savant d’individus d’origines diverses, appartenant à des cultures variées mais poursuivant un objectif commun.
    Cynthia GHORRA-GOBIN
    Urbaniste, Directeur de recherches au CNRS
    Professeur à l’Institut d’Etudes Politiques Paris
    Catalogue Parcours à la Paix septembre 1994.
    Pierre RESTANY
    Catalogue Parcours à la Paix septembre 1994.
    Cette analyse souligne la richesse sémantique et la précision structurelle de cette œuvre.(…)La logique interne qui unit chaque élément du système est hautement significative : plus qu’un remodelage, une mise en scène architecturale ou une opération d’urbanisme,’ l’Hommage à la Paix’ est une œuvre vivante et ‘parlante’, l’expression humaniste de ‘l’âme’ d’une communauté. C’est un brillant exercice de style Cataláa où l’auteur témoigne, sans faux apprêts, de la maîtrise de ses moyens et de la plénitude de son langage.
    Entre le zéro de la vacuité, le un de la singularité (c’est ainsi que les astrophysiciens désignent l’instant initial de l’univers) et le huit de l’infinité accomplie, il va être ici question de ce qu’Héraclite appelait le Jeu du Monde, ou l’Etre-en-Devenir-de-la-Totalité.
    Vaste programme, certes. Mais à voir les œuvres de Françoise Catalàa (…), on réalise vite, que coutumière du monumental et de l’universel, cette artiste n’est pas du genre à se laisser décourager par l’éloignement ni l’étendue des horizons qu’elle propose à sa démarche.
    L’œuvre de Françoise Catalàa, tout comme son esprit et son enseignement, est essentiellement encyclopédique, universaliste, humaniste et mystique.(…) entrant ici, vous entrez dans un jeu de piste ou de rôles, dans un chemin que des œuvres jalonneront d’énigmes, de mémoire et d’imaginaire, dans une aventure de l’esprit où vos rêves vont aller à la rencontre de ceux du monde entier et de tous les âges. (…) N’allez pas visiter, allez vivre, partez pour un voyage…
    Gérard BARRIERE
    Catalogue ‘Australes’ 3 novembre 1995.
    Pierre RESTANY
    Catalogue Incantare 15 juillet 1990.
    Objets, sculptures, parcours de Françoise Catalàa sont naturellement incantatoires.
    Tout est dit et tout est à redire à la fois.
    Dissémination, déconstruction, fractalisation, répétition différente, la création ‘CATALÁANE’ atteint sa normalité dans le présent permanent et continu de sa conscience affective et sensible. (…) Un ordre, un silence, une harmonie intérieurs devraient se dégager de l’ensemble, libérer le spectateur-acteur des pesanteurs égoïstes du quotidien et le mettre sur la voie de la paix du cœur.
    Sculpture ? Maquette ? Model ? Architectural element ? Urbanism ? Since defining her work is so problematic, since she refuses to be locked into a precise and delimited genre, Françoise Catalàa can’t leave you indifferent. On the occasion of the French institute of South Africa, this french woman – a sculptor, a designer of space – exhibits at our neighbours, Newtown Galleries of Johannesburg.
    Artist at the margins of the main contemporary art trends, Françoise Catalàa is interested in the symbolic dimension of mythical and ritual forms of all civilizations, and integrates them in contemporary sculpture. The results of this quest are often monumental works constituting roads of initiation. (…)
    A woman, a sculptor, an architect, an urbanist…
    P15 Wolhuter mail n°1 IFAS South Africa 1995.

    Ricky BURNETT
    Dr Newtown Galleries
    Johannesburg, South Africa
    Catalogue de l’exposition 1999.


    The re-invigoration of public space, thr enrichment of shared man-made urban environments is, I believe as crucial for our future social health as is the provision of housing and sewerage. (…) Architectural inventiveness dedicated to the revision of urban landscapes is one of the great, yet rarely faced, challenges present in the developing world.
    Françoise Catalàa who is both an architect and a sculptor, has explored this interface for many years (…) Our thanks to Françoise Catalàa for her energy and commitment.
    We are delighted to be hosting this exhibition (…)
    Françoise Catalàa est plasticienne, enseignante à l’école d’architecture de Paris - Villemin. (…) Les démarches pédagogiques de Françoise Catalàa avaient retenu notre attention par la place qu’elles accordaient aux plastiques non occidentales, faisant appel au corpus considérable des arts qu’on qualifiait jadis de ‘primitifs’, attribués aux sociétés qu’on disait ‘traditionnelles’, par opposition à nos sociétés ‘modernes-développées’. Cette démarche, à notre connaissance peu courante dans les enseignements plastiques délivrés dans les écoles d’architecture, ne pouvait qu’intriguer les anthropologues de notre réseau (…) Une œuvre d’art structurant un espace public est l’une des dimensions constitutives de l’art urbain que nous propose Françoise Catalàa (…) Sa démarche personnelle, où se noue un dialogue avec les cultures les plus éloignées, en première analyse, de notre ‘modernité’,(…) rejoint pourtant directement le plus vif et le plus brûlant de la vie quotidienne d’une banlieue parisienne : l’identité et l’appartenance culturelle de chacun, à reconnaître et à retrouver (…).

    Christelle ROBIN
    Responsable scientifique et Directeur de
    la publication Réseau de la recherche architecturale
    Editions de la Villette, Paris 1996
    Ecole d’architecture Paris-La Villette
    Dossier : Art et espaces publics. 126p. (pp.70 à 84)
    Livre Architecture /Anthropologie. Cahiers du réseau.

    Claude PARENT
    Architecte, membre de l’Institut
    Lettre du 12/05/07.

     

     

    (…)J’avoue qu’il me fallait cette seconde lecture car au début j’ai été troublé par l’incroyable diversité de vos ouvrages. Mais les dessins m’ont donné la clef, le fil conducteur de toute cette monumentalité (sacrée) investigatrice.(…) les dessins des sculpteurs sont souvent meilleurs que ceux des peintres.
    J’adore ‘Epectasis’, ‘Racine d’un carré’ et ‘Amaterasu’ et je suis achevé par les tissus ‘…and the winner is…’.
    (…)il est vrai que je trouve bien une parenté avec mon exigence oblique dans beaucoup de vos travaux. (…)
    Avec mes amitiés complices
    « (…) je tenais à te dire que ton travail m’a beaucoup touché.
    (…) je pense vraiment que tu as franchi une autre étape dans ton travail ; Tu as trouvé un tout autre vocabulaire, et un concept très intéressant.
    La seule chose que je regrette est que Pierre Restany ne puisse pas voir ça, mais je suis certain qu’il aurait beaucoup aimé et t’aurait encouragée.. » .

    Dani KARAVAN
    Sculpteur. Praemiumù Imperial
    Prix Nobel pour les arts Kyoto Japon 1998
    Lettre du 19-02- 2014

    Cédric VILLANI
    Professeur de l'Université de Lyon
    Dr de l'Institut Henri Poincaré (CNRS/UPMC)

    Médaille Fields 2010 Courrier du 28-03-2014

     

     

    (...)J'apprécie beaucoup vos ouvrages (...)
    ‘J’ai été bouleversé par votre travail créatif. Je l’ai trouvé tout à fait extraordinaire’

    Ezra SULEIMAN
    Professeur Princeton USA, Master of Arts
    Doctorate of Philosophy A.B Harvard university
    Letter-mail du 4 mai 2008

    Jacques POUCHEPADASS
    Historien spécialiste de l’Inde moderne
    Dr de recherche au CNRS
    Ancien Dr de l’Institut Français de Pondichéry
    (1991-1993)
    Président du comité de suivi des Instituts Français
    en Inde(1998-2012)

    Mail du 27 juin 2014

     

     

    « Je peux te congratuler chaleureusement pour l’honneur qui t’est décerné : le regard d’autrui fait prendre conscience de soi, et pareille reconnaissance publique fait forcément avancer, surtout les créateurs comme toi qui tirent tellement d’eux-mêmes ! »
    « Je me réjouis pour vous de toutes ces distinctions.»

    Catherine TASCA
    Ministre de la Culture de 2000 à 2002
    Mail du 27 juin 2014

    Patrice HUGUES
    Auteur du 'Langage du tissu'
    Mail du 8 mars 2011

    'Votre assiduité au travail m'impressionne. Votre sens d'une certaine forme de perfection et aussi de la monumentalité...'
    « J'ai été ému par votre très beau livre [...]» avec mon admiration. »

    Georges Aperghis
    Compositeur
    Lettre/mail du 9 Novembre 2010